Chiffres clés

Tous les renseignements fournis ici sont certifiés par la direction. Les chiffres concernant l’emploi sont pour la plupart issus de notre enquête-emploi annuelle menée sous l’égide de la Conférence des Grandes Ecoles. Comme toutes les écoles habilitées par la Commission des Titres d’Ingénieur, l’Ecole publie annuellement un tableau de bord d’indicateurs (« données certifiées« )  disponible sur le site de la CTI.

Nous dressons ici un résumé de la situation pour la promotion 2016

 

En sortie d’école, 88% des diplômés déclarent occuper un emploi de niveau ingénieur et 86% déclarent occuper un emploi dans leur secteur de formation.

Il n’y a donc pas de problème d’adéquation entre les diplômés sortis et les emplois occupés.

 

L’analyse détaillée des secteurs d’activité de nos diplômés est contrastée. Les informaticiens et les textiliens travaillent dans des entreprises de ces secteurs, alors que ceux issus des autres spécialités, à profil large (mécanique, automatique et systèmes, systèmes de production) se placent sans surprise dans tous les secteurs de l’industrie.

 

En termes de recherche d’emploi, la situation globale de l’ENSISA est plus favorable la moyenne nationale, dont elle suit les évolutions tendancielles.

(On utilise ici l’enquête réalisée 6 mois après la sortie d’école par la Conférence des Grandes Ecoles)

 

Le lieu de travail de nos diplômés, toutes spécialités confondues, montre une constante vis à vis des chiffres nationaux : 20% diplômés travaillent en Ile de France.

29% en région Grand-Est et 14% à l’étranger (dont 9% de transfrontaliers).

Les diplômés anciens apprentis se fixent en Alsace ou à proximité.

31% des stages jouent le rôle de pré-embauche des ingénieurs diplômés de l’ENSISA.

 

Les diplômés de l’ENSISA ont une longue tradition de travail à l’international : soit lointaine (par exemple liée à la mondialisation en Textile et Fibres), soit très proche avec le travail transfrontalier (essentiellement dans le bassin d’emploi bâlois).

La rémunération moyenne des diplômés de l’ENSISA est assez semblable à la moyenne nationale.

Elle est beaucoup plus élevée pour les diplômés frontaliers qui travaillent en Suisse.