Léa Simon – Travailler dans l’aéronautique, c’est ça qui me plait !

Travailler dans l’aéronautique, c’est ça qui me plait !

 

Vouloir évoluer dans un domaine industriel, technologique et compétitif, c’est le pari que s’est mis en tête Léa Simon. Actuellement data analyst supply chain pour le groupe international de haute technologie Safran, cette jeune femme diplômée de la spécialité génie industriel (GI) de l’ENSISA raconte son parcours et pourquoi elle a choisi l’apprentissage pour se former au métier d’ingénieure.

 

Ingénieure, oui ! Mais quoi ?

« Mon intérêt particulier pour l’univers aéronautique m’a permis de valider mon souhait de me former dans le domaine industriel et technique, sans pour autant me spécialiser. Après un DUT en génie mécanique et productique à Mulhouse, mon objectif était d’intégrer une école d’ingénieurs. Ne sachant pas quelle spécialité choisir, je me suis intéressée aux formations généralistes par apprentissage. Elles permettent de bénéficier d’une expérience professionnelle tout en suivant des cours théoriques. Les enseignements sont de qualités, dispensés soit par des enseignants-chercheurs de l’ENSISA soit des professionnels en poste dans l’industrie. Je me suis dit : pourquoi pas moi ? »

 

Se former par l’apprentissage, entouré d’apprentis

« Aujourd’hui, plus que jamais, les jeunes diplômés ont un réel avantage à avoir suivi une formation par la voie de l’apprentissage. Leur crainte est celle de ne pas parvenir à trouver d’emploi à la sortie des cours. Je suis convaincue que l’apprentissage est un réel tremplin pour trouver plus facilement un poste une fois diplômé. Personnellement, j’ai gagné en compétences dans différents domaines : confiance en soi et assurance à l’oral, connaissances du fonctionnement d’une entreprise, prises de responsabilités, mise en pratique de la théorie, compréhension des flux et processus de fabrication… En plus, tout ça sous le signe de la cohésion. Toute la promo venait d’horizons différents, de prépa, de BTS en automatisme ou de DUT en mécanique, et certains reprenaient les cours. Cette diversité a été une vraie force et a permis à tous d’aider et d’être aidé. »

 

Parler anglais ? Finger in the noise !

« J’ai eu la chance d’effectuer mon stage de trois mois à l’étranger aux États-Unis, à Cincinnati au sein du service qualité de Safran Landing Systems. Une anecdote que j’aime raconter est liée à la langue anglaise. Mon TOEIC en poche, obtenu haut la main et convaincue que l’anglais ne serait pas un problème pour moi, communiquer a été un véritable challenge la première semaine. C’est paradoxal, mais cet obstacle de la langue a été l’expérience la plus enrichissante et la plus formidable de mon stage, le soutien de mes collègues anglophones y étant pour beaucoup. J’ai également pu m’imprégner de la culture américaine grâce aux nombreux road-trips réalisés les weekends. L’opportunité de découvrir Nashville, Boston ou New-York, et d’assister au concert de Beyonce à Chicago, c’était cool ! »

 

Et dans 10 ans je ferai quoi ?

« 10 ans c’est court et long à la fois. Ce que je sais c’est que je souhaite continuer d’apprendre et de me former. Dès le début de mon alternance j’ai eu la chance d’intégrer Safran Landing Systems. La confiance qui s’est installée au fil des années avec mon responsable m’a valu une place en CDI dès la fin de ma formation dans le même service. L’entreprise compte quatre unités dont les activités sont bien distinctes. J’espère avoir l’opportunité de découvrir chacune d’entre elles, au travers de fonctions différentes et d’être un maximum épanouie en tant qu’ingénieure. »